La Patrie des Chrétiens…

La Lettre à Diognète (vers 200) §5-6 ; PG 2, 1174-1175 (trad. Orval rev. ; cf bréviaire et SC 33 bis)

St Romuald

 

« Je ne te prie pas de les retirer du monde, mais de les garder du Mauvais »

Les chrétiens ne se distinguent pas des autres hommes par leur pays, ni par leur langue, ni par l’habillement. Car ils n’habitent pas de villes qui leur soient propres, ils n’emploient pas un dialecte spécial, et leur genre de vie n’a rien de singulier. Leur doctrine n’est pas sortie de l’imagination fantaisiste d’esprits excités ; ils ne prônent pas, comme tant d’autres, une doctrine humaine quelconque.

Ils habitent donc, au gré des circonstances, des cités grecques ou barbares ; ils suivent les usages locaux pour ce qui est des vêtements, de la nourriture, des coutumes. Et cependant, ils témoignent clairement d’une manière de vivre qui sort de l’ordinaire. Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais ils y sont comme des gens de passage. Ils prennent part à tout comme des citoyens, mais ils supportent tout comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie une terre étrangère… Ils vivent dans la chair, mais pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais leur cité est dans les cieux (He 11,16). Ils obéissent aux lois établies, mais leur façon de vivre va bien au-delà de la loi.

Ils aiment tous les hommes, et pourtant tous les persécutent. Ils sont méconnus, condamnés, tués ; et c’est ainsi qu’ils viennent à la vraie vie. Pauvres, ils enrichissent un grand nombre ; manquant de tout, ils surabondent en toutes choses… Insultés, ils bénissent ; outragés, ils honorent les autres… Pour tout dire : ce que l’âme est dans le corps, voilà ce que les chrétiens sont dans le monde.

 

Publié dans : Foi |le 23 mai, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Mémoires créoles |
Laurent Fournier |
Les monologues du Pouf rouge |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les larmes d'Elwandir
| Daniel VIGOULETTE
| poésies et autres