Archive pour janvier, 2010

Baskets et Chaussettes Blanches

Pourquoi un tel attrait ? Pourquoi cette tenue est elle si porteuse de fantasme ?

Est ce à cause de la force que la chaussure donne au pied du sportif, ces formes lisses et rugueuses à la fois ; lignes pourtant si légères. Les couleurs, ou sa blancheur, que porte la chaussure. Les lignes racées puissantes et souples. La couleur du coton blanc des chaussettes. L’immaculée de cette portion de tissu qui reçoit la sueur et de la surface, balayée par ces pieds, la matière.

Pourquoi les hommes aiment ils tant ces tenues sportives ? Mystère !

Est ce la projection de cette force ? L’idée qu’en regardant ou en portant ces tenues ils reçoivent par transfert la puissance, l’agilité et la virilité. Tout ce que l’imaginaire porte comme valeur masculine se retrouve dans cet uniforme de soldat de la modernité. Auparavant c’est l’uniforme du soldat qui défilait pour porter haut les couleurs de la Nation sur le champ de bataille. Maintenant les champs de bataille sont devenus terrains de sports. Le soldat est devenu le sportif. La tenue de sport porte maintenant cette charge émotionnelle. Les clubs de rugby ont compris cela, eux qui maintenant attire la gente féminine dans les stades. Les hommes ont toujours eu cet ambivalence pour le sport. Lieu de tous les dangers où il faut témoigner de son homophobie sous peine de recevoir les quolibets liés à cette infamie. Il faut exorciser le mal. L’hypocrisie règne en maître dans ce milieu comme dans tant d’autres, tient pourquoi ce prélat va se cacher !

 Si quelqu’un à une piste pour résoudre cette énigme qu’il n’hésite pas à la partager.

 

Publié dans:Divers |on 23 janvier, 2010 |1 Commentaire »

2010 Comment ai je pu arriver jusqu’ici ?

Comment ai je pu vivre jusqu’à cette date ? J’ai l’impression de ne pas être présent dans ce monde et pourtant le calendrier a changé d’année, et je suis encore ici.

Suis je désespérer non ! Je suis conscient que nous sommes en train de mourir. Alors que dans mes songes les plus profonds je me suis vu plus que centenaire. Serait ce alors la crainte d’affronter la vie qui me hante ? Certes il en faut du courage pour supporter les quolibets, la bêtise crasse, les cerveaux lents, les lâchetés et les basses traîtrises.

Oui il en faut pour voir que ceux qui respectent la vie sont humiliés quand d’autres hypocrites profitent de cette dernière. Où pire sont trahis par ceux qui préfèrent la fuir en se réfugiant dans des paradis artificiels nous abandonnant tout en devenant des fardeaux supplémentaires, comme les blessés d’une armée en retraite. Comprendre un général qui décide de laisser les blessés mourir pour sauver les valides devient alors plus facile.

Être philosophe aide à surmonter le passage dans les récifs de la jalousie et de la haine contre ceux qui possèdent. Néanmoins cela n’aide pas à oublier l’injustice criante qui s’étale devant mes yeux. Je cri et l’on me réponds « c’est la vie ! ».

Je comprends alors ceux qui n’arrivent pas à ramasser leurs forces pour lever l’épée de la justice et préfèrent s’empaler dessus. C’est facile et pourtant je n’y arrive pas, quelque chose m’empêche de franchir ce pas décisif. La justice a besoin de soldats. Sinon qui ferait rempart contre la tentation de la violence et du retour à l’être primitif de l’Homme.

N’oublions pas que ce qui nous différencie de l’animal c’est la capacité que l’Homme a à être conscient. Les sages sont la Lumière de cette conscience. Même si il en coûte de porter cette Lumière, il le faut !

 

 

Publié dans:Humeur |on 4 janvier, 2010 |2 Commentaires »

Mémoires créoles |
Laurent Fournier |
Les monologues du Pouf rouge |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les larmes d'Elwandir
| Daniel VIGOULETTE
| poésies et autres